6/21/2011

Manga in a band

Rapide info vu sur l'émission J-Melo (sur NHK tous les lundis, l'émission passe d'ailleurs aussi sur nolife). Un projet bien sympa qui a vu le jour.

Pour info J-Melo est l'émission musicale de NHK et y passe régulièrement pas mal d'artistes japonais qu'ils proviennent de la J-pop ou d'autres genres musicaux. Par exemple j'y ai découvert Kazumi Watanabe , guitariste de jazz de folie. Vous pouvez aller pleurer sur vos doigts de paralytique ici (clic)
ou juste mater la vidéo la dessous:





Je reviens au sujet, une des invité de l'émission du 06 juin (ouais ça date), Ai Takekawa (entre autres), c'est la fille qui chante le dernier ost de fin de Inu Yasha pour situer, avait présenté son projet de
manga in a band (clic)

En clair, vous êtes musicien ou dans le milieu et vous voulez monter un groupe avec d'autres inconnu de par le monde, ben vous envoyer votre candidature et l'histoire de votre groupe chapoté par la miss Takekawa se retrouve en manga en parallèle. Fini la télé réalité! place au manga réalité, et ça reste d'être vachement plus cool que dans la vraie vie. Ce concept devrait être adapté pour toutes les activités et j'espère que ça ne sera pas qu'un coup d'essai.
Il n'y a qu'à lire Legend of Koizumi pour voir à quel point un manga peut rendre un homme politique qui joue du mah-jong peut être rendu badass pour s'imaginer qu'un comptable a plus à gagner en charisme dans un manga qu'un glandu à passer à la télé.




Edit: la taille de la video est correct sur mon PC mais la vue est coupé de moitié par la barre sur le blog, je vais voir à redimensionner la page complète.

5/22/2011

Matsuri

Le matsuri ça veut dire gigateuf en japonais (en fait c'est juste fête mais avec mon objectivité légendaire et impartiale on dira que c'est gigateuf).

Matsuri: 祭り(つり) fête, festival. Le fait que le verbe d'origine matsuru: 祭る(まつる) veuille dire vouer un culte nous explique l'origine de la fête et du festival au Japon (en gros comme chez nous, un truc religieux)

Dans certaines fêtes le mot fait parti intégrante du nom (ex: hina matsuri, la fête des poupées, ou des filles), d'autres fois non, et une fois oui mais tout seul. Ce festival qui survient au milieu de l'été est savamment nommé: matsuri!

Oui donc ça veut juste dire qu'il y a un gros festival sur 3 jours à Tokyo, et que je n'ai aucune idée de ce qu'il représente, ni de son nom d'origine mais que pour tout le monde c'était matsuri et c'était assez gros. M'embêtez pas, j'ai assez de photos pour avoir le temps de m'enfuir devant vos caillous.

ça c'était du haut de mon perchoir, où je faisais frire des frites pour nourrir la populace

Mis à part le côté religieux, il y avait là tous les stéréotypes du matsuri traditionnel.

Vous pouvez voir le nom d'un des restos (biiiiiiiiiiiip) où je bossais, si vous êtes français n'y allez pas, c'est un gros plan enfilade pour japonais friqués qui ignorent ce qu'est la bouffe française. Il y en a beaucoup comme ça, surtout dans les quartiers expat de Tokyo.


Nota: la scène de concert ne fait pas partie du concert traditionnel. Si vous avez déjà lu un manga qui se passait à cette époque, vous voyez très bien ce que je veux dire (pas de concours mangeur du plus grand nombres de bol de riz, désolé). L'ajout de la modernité y est très amusante. Un couple ou groupe de potes mixte kimono+jean-t-shirt,

une fille en kimono et geta avec son portable, le mec en kimono et un gros appareil photo. Sachant que tous ces gens de tous horizons ainsi vêtus sont venu en métro au milieu des écolier(e)s et des salaryman. C'est exactement la même pour hanabi au passage (Hanami était moins concerné par le fait qu'au prix du kimono, on va éviter de se rouler dans l'herbe avec...) Le gens boivent, bouffent des takoyaki, boivent, jouent avec leur gamins à gagner des poissons rouges:

des poissons rouges tournent en rond dans un bassin et avec une épuisette en papier il faut attraper le poisson. Je ne sais pas si vous avez une idée du coefficient de rupture du papier baignant dans l'eau, mais en général, tout petit qu'il soit c'est l'instinct de survie du poisson rouge qui gagne. En général le gosse essaye, trépigne, puis c'est papa ou maman qui vient finir le boulot et se trimballer un sac plastique plein d'eau avec un poisson pendant tout le reste du festival. Franchement, qu'est ce qu'on vient piailler sur les différences culturelles de part le monde, zéro différences d'un côté ou de l'autre du globe.

Beaucoup d'étrangers, ça se passe à Azabujuban, le quartier des ambassades, entre autres. Personnellement, je trouve ce quartier insupportable dans son étalage d'argent, de mépris et de mentalité. C'est assez choquant de voir une maid japonaise ou des Philippines faire la garderie de 3 têtes blondes beuglantes et désobéissantes. (Alors quand tu vois que le père se pinte la gueule à côté et essaye de choper une midinette en jupe courte -véridique- Le Japon n'est plus un pays du tiers-monde mais tous les expats qui sont y arrivés et restés dans les années 80 se croient en pays conquis et n'ont pas changé leur mode de pensée colon. (Et colon est exactement le mot approprié... dans tous les sens du terme!).

Des filles en kimono se balladent avec des parasol ou des éventails. Il y a du bruit. Quand le soleil commence à se coucher les familles rentrent et ne restent que les autres, qui ont tendance à préférer la bière au takoyaki à cette heure de la journée. Vers 23h, soit un peu avant l'heure du dernier métro, mais quel hasaaard, les flics commencent à ratisser et conseiller aux gens de rentrer à la maison. Ce qui se fait plus ou moins rapidement. Pendant ce temps là les GO (genre moi pour l'occasion) commencent à ranger, nettoyer et ériger une montagne de détritus divers MAIS triés, attention.

Ouais là ok, ça en a pas l'air mais c'est trié dans les sacs.

J'ai perdu pas mal de photos sur l'évenement, des photos sur la fin du festival, les combini du quartier à court de bière (what?) et d'autres photos du festival. Si vous savez si c'est possible de récupérer les photos qui deviennent noires sur la carte sd ou sur le telephone, je suis preneur de la solution.

5/04/2011

Hanabi

Alors, après cette brève pause, (Ouch nan Aie pas taper pas taper), donc cette longue pause… parlons du seul évènement typiquement japonais auquel j‘ai eu la joie d’assister: hanabi.

Vous pouvez remercier mon téléphone tout moche mais cette photo résume bien l'évènement:
1- comme tous les évènements on arrive en retard
2- un feu d'artifice
3- du kimono, des geta et des couettes kawai (mais ça vous vous y attendiez en trainant ici nan?)

(je peindrais un portrait du travail au japon et des opportunites d’embauche au Japon plus tard…encore...)


Hanabi ou 花火 (はなび) de :fleur et de :feu.


En gros imaginez: vous soufflez dans un un pissenlit en feu, multipliez la taille par 10 000 et masturbez vous avec toute votre spartiate réserve devant cette étalement de puissance majestueux. Bref, le hanabi c’est le feu d’artifice au Japon.

Je me souviens des feux du 14 juillet en France, on se rassemble devant l’église, le parc, la mairie ou une colline voisine pour apercevoir les feux, et surtout on se dépêche pour ne pas rater l’évenement qui ne se produit qu’une fois dans l’année.

Au bord de la plage c’est l’idéal, on s’installe avec sa boisson un peu avant et on savoure le spectacle.

C’est un peu la même au Japon, à quelques différences près (les plus perspicaces auront remarqués que je apprête, tel l’éléphant ayant ingéré 3 quintaux de pruneaux, à chier allègrement sur la conception européenne du feu d’artifice).


La premiere et de taille, c’est le temps; entre 1h30 et 2h…

Donc on peut arriver à la bourre, faire son chiant pour trouver une place sympa, déplier la nappe et sortir les verres et les canettes. Et les 2 heures c’est non-stop hein. (On peut même se fendre le luxe de se barrer avant si on veut, c’est dire.)

J’en vient directement au second point: comme ça dure loooooongtemps, on bavarde, on papotte, on picole. Hanabi, c’est hanami (clic clic) de nuit en flashy avec les bruits en plus.

Et du coup je me pause la question, qui en France a décidé qu’un feux d’artifice devait durer 15 minutes? Je veux dire, même si c’est une question de coût, ça coute rien d’entretenir un peu le suspense en rajoutant un peu de musique, ou en prenant un peu en longueur pour pouvoir caler un feu un peu chiadé, on est pas obligé de faire un remake de la guerre du Viet-Nam sur le finish à chaque fois non plus. A part quelques moments qui frolaient l’apocalypse, l’ambiance générale était très posée, avec des pauses de 30 secondes - 2 minutes entre les séries.

Je veux dire, les mecs se font chier à essayer de refaire des kanji avec les explosions, allez pas me faire croire que c’est compliqué de reproduire un coeur ou une putain d’étoile! Alors pourquoi??

Ensuite j’avoue, il y a des trucs chiants… Le cerveau des japonais se transformant en peluche des qu’un truc choupi-kawai se produit, je vous raconte même pas tout ce qu’un couple peut débiter comme connerie pendant 2 heures de feux d’artifice…

Mention spéciale pour le すごい qui en pratique se lit plutôt すごおおおいい!!

Et avec un ratio exclamation explosion qui tangente le 1.


Bon allez, enjoy: pour info hanami s'étale durant tout l'été partout dans le Japon, ici vous avez droit à hanami vue sur la baie de Tokyo.






video


video


video

3/26/2011

Je n'ai pas posté depuis bientôt un an: beaucoup pris par le temps et les déplacements et je m'en excuse. Je compte y remédier et j'ai déjà de quoi alimenter la roue encore un moment.

Je fais un encart à mon emploi du temps pour une raison évidente. Le Japon fait face à une crise d'ampleur historique. Loin de ressaser tout ce que vous pourrez déjà apprendre ou désapprendre en allumant votre télé ou votre routeur, je vais me contenter d'info purement pratique.

Si vous comptez aider, je vous propose d'e participer au projet Tsunami, initié par de nombreux illustrateurs.



ou bien directement: http://cfsl.net/tsunami/

Fin le 10 avril

6/04/2010

Clichés - 1

On vous a appris plein de chose sur le Japon quand vous étiez petits.
Ils vivent dans des appart minuscules avec des tatamis, mangent du poisson cru tous les jours, ont un boulot de merde, sont polis tout le temps, boivent du sake, qui c'est bien connu est un alcool de rose très fort, le sumo y est le sport national et ce sont tous des otakus. Bref tout un ramassis de connerie qui ont bien une souche de vérité mais qui a été déformée avec le temps, les générations, l'occidentalisation du pays et surtout les yeux des occidentaux pour qui chinois, coréens et japonais, c'est pareil et pis même que Taïwan c'est chinois en plus.
Aujourd'hui on démoli du cliché, ouane, l'appart minuscule avec les tatamis.

Déjà le tatami on oublie. Les japonais ont tous vécu dans une maison chez mémé où il y avait des tatamis, c'était cool quand on avait 5 ans, ça a l'odeur de la ferme et de la cuisine à mami, mais moi quand je vis à la ville, en rentrant chez moi, je veux poser mes fesses dans un fauteuil et pas avoir à m'emmerder à penser à aérer un matelas de 5 kilos (ce qui impliquerait, en plus, de ranger son bordel avant).Un calcul simple dit que paille de tatami versus meuble qui a la télé ou n'importe quoi dessus = trou.Bref, dans un appart moderne avec table, chaise, commode, rangement, télé, PC, wiicrotte, etc, exit le tatami. Attention je crache pas dessus, en tant qu'occidental, je kiffe le style washitsu avec les tatami et les panneaux coulissant en feuille de riz, mais c'est pratique quand on dort dans un futon posé sur le sol et quand on pose pas plus du poids d'une théière sur sa table de 20 cm².

D'ailleurs si vous cherchez un appart vous pouvez demander les 2 styles:
和室: washitsu = わしつ (和: paix, harmonie, calme (bah ouais le Japon est un pays zen). 室: chambre)
C'est le style japonais.
洋室: youshitsu = ようしつ (洋: océan, étranger (les étrangers viennent forcément de là). 室: toujours la même chambre)Ce qui sous-entend que le syle occidental n'est ni calme, ni harmonieux.

Les 和室 sont moins chers que les 洋室. Forcément ça coute moins cher d'"équiper" une pièce en se contentant de balancer des matelas par terre que de coller un bon revêtement joli avec un lit et des meubles en lourd. Et niveau style, les japonais préfèrent le style à l'occidentale. L'option cuisine à l'américaine file plus de gaule à un japonais que Vercingétorix à Jules César.


"Minuscule"Minuscule est surtout relatif au revenu social et au type du quartier qu'au pays. Pas mal d'appart "minuscules" au Japon rendraient jaloux un bon nombre d'étudiants français à Paris.
Quand j'étais petit, on m'avait dit ça: le Japon c'est tout petit (Pour info c'est un chouilla plus grand que l'Allemagne) donc ils ont pas de place pour construire, d'ailleurs ils construisent des territoires sur la mer. Okay.
Après un moment de regard suspect, on m'avait précisé que, ils y avait beaucoup de forêts et de montagnes (Ha bien bien on va au fond des choses un peu, donc en fait il y a de la place), mais que les Japonais étant shinto, forêts et montagnes étaient "sacrés" et que donc fallait pas construire dedans. J'invente rien, c'est ce qu'on m'a dit à l'école. D'ailleurs, c'est pas faux... mais c'est pas super exact non plus.

Déjà petite précision sur la religion au Japon, le japonais n'est pas croyant. Le shintoïsme est plus vécu comme une culture que comme une religion envers un quelconque métapéon surpuissant. Je ne vais pas me lancer dans le sujet mais les japonais vont au temple... quand ça les arrange, ou quand c'est un jour où il faut aller au temple: le nouvel an, une veille d'examen, avant de demander sa copine en mariage, ou voir tout connement, on se ballade, tiens un temple, hop on prie un coup. Le respect des valeurs est ancré dans les habitudes de tous les jours mais cela est hors religion, tous les japonais vont respecter ces valeurs qu'ils soient shinto, bouddhistes ou autre chose. Donc le coup de hou l'arbre il est joli attention on touche pas, c'est une giga blague. Le Japon fait partie des pays qui, le plus au monde, gaspillent et pompent des ressources naturelles à tour de bras (un pays développé quoi...).

Exemple: Les Japonais préfèrent le neuf et le système d'achat d'occasion n'est pas encore répandu. Dès qu'un japonais change d'appart, il rachète tout, ou plutôt il emménage dans un appart déjà tout meublé. Tous les meubles de l'ancien appart doivent donc être évacué, un japonais n'ira jamais emménager dans un lieu ou quelqu'un à déjà utilisé le mobilier: beurk un type a dormi donc mon lit, quoi, le frigo est pas neuf, mais il va tomber en panne j'en veux un pleine garantie, etc... Des sociétés reprennent le mobilier usagé, mais c'est un service qui a un cout, parfois la moitié du produit suivant l'âge et la garantie. Vous vous imaginez, en plus de la caution, des premier mois de loyer, des frais d'agence, parfois du cadeau au proprio (1 mois de loyer en plus), devoir payer la moitié de tout votre mobilier.Les types prenaient donc leur bagnole, chargeait tout leur barda et partait dans la montagne tout décharger. La montagne est sacré, ben tient, au bon d'un moment le gouvernement s'est rendu compte que leurs espaces naturels "sacré" se transformait en décharge géante et a commencé à changer un peu les mœurs.
Tout ça pour dire, la place, il y en a, les japs sont des humains comme les autres, dont le comportement est grandement influencé par le portefeuille. Allez à la campagne, il y a de la place, le cout de la vie est peu élevé et la vie agréable. Les japonais qui en ont assez de trimer à Tokyo ou qui échouent à trouver à un travail dans la capitale, trop chère, s'en retourne souvent vivre chez leur parents. Il n'y a pas de loyer à payer pour vivre à la ferme familiale.





Pourquoi un appart coute-il donc si cher à Tokyo? Posez vous la question pour toutes les capitales du monde, le prix à Tokyo n'est pas vraiment plus cher qu'à Paris. Les besoins sont différents. On peux vendre un appart sans cuisine (une prise pour le rice-cooker et un évier ça suffit) au Japon, ce n'est pas possible en France. On peut vendre un appart sans chiottes chauffantes en France mais pas au Japon.
Plus que toute ville en Europe, Tokyo est une mégapole qui phagocyte toutes les activités. Le hors Tokyo n'est pas la province, c'est la campagne. Tokyo est une fourmilière et vivre à Tokyo c'est payer plus que le prix de sa surface habitable, c'est payer le prix de l'orgueil et du pouvoir économique du Tokyoïte vis-à-vis du reste du pays, quitte à ne pas pouvoir joindre les deux bouts.

La manière de construire est différente en France et au Japon. Au Japon il n'y a pas d'ordre: un type a construit sa maison là, c'est la maison n°1, puis un autre autre part, c'est la maison n°2 et ainsi de suite. Les maisons sont numérotés par ordre de construction (facteur au Japon, c'est pas un boulot pour les faibles, bon en fait c'est assez simple de se repérer, ça a changé). Il suffit qu'un type se dise, tiens je peux caser un appart là, hop il va le faire. Rassurez vous on trouve des appart de merde planqué en France aussi, mais en général ça a été prévu. Là où en France on va trouver une rue pleine d'immeubles qui se touchent, on trouvera une série d'immeubles qui ne se touchent pas, totalement indépendant les uns de autres. Je propose donc une minute de silence pour les pauvres types qui ont emménagé dans leur appart avec une super vue et qui maintenant ont une vue sur un mur de béton à 30cm de leur volets.






Tokyo, et beaucoup de villes au Japon, ne sont pas des vieilles villes. Les vieux immeubles y ont 20-30 ans, ils attendent juste un bon tremblement de terre qui les rasera et qui permettra de construire d'autres immeubles, plus aux normes, ce quelque soit les buildings autour.










Vous pouvez chercher y a pas deux immeubles qui se touchent, et quelque soit la direction, vaut mieux pas trop se pencher par la fenêtre.

L'optimisation de l'espace est quand même quelque chose d'important. Si on peux faire quelque chose, là, ici, pourquoi on le fait pas? ça va se toucher avec d'autres trucs à coté et il faudra réfléchir à comment construire le bousin sans se casser la gueule, mais si on peut le faire, on le fait. La ville semble bordélique, à coté des quartier d'affaire, les quartiers résidentiels ont un air de pays asiatique sans l'influence occidentale, c'est le bordel (bordel n'est pas sale), mais c'est pratique. C'est condensé, mais on trouve de tout dans un rayon restreint. Une ville occidentale est construite en 2D, une ville asiatique est construite en 3D, et les magasins sont au rez-de-chaussé, comme à l'étage ou au sous-sol, et on peut accéder à n'importe lequel de ces étages de l'extérieur. L'aspect pratique est fondamental, l'esthétique en prend un coup mais c'est une marque de son charme asiatique.










Ouaip, c'est bien un golf juste au dessus du parking, le même que dans la photo précédente







6/03/2010

Oktoberfest

Vous connaissez l'oktoberfest? Née en Bavière au XIXe siècle, c'est actuellement un des plus grand rassemblent populaire au monde pour tous les gens qui aiment boire et manger. A Munich, pres de 6 millions de personnes font le déplacement chaque année pour se taper en moyenne 1 litre chacun. Bien sur la fête s'est exportée dans le monde dans toutes les contrés amoureuses de la boisson houblonnée.

Si on essaye de mesurer l'intérêt des japonais pour la biniouse, par exemple par litres de bière par habitant et par an, une recherche rapide
nous dit qu'un japonais boit en moyenne 51,3L de bière par an, ce qui les classes 34ème consommateurs au monde.
Les allemands sont, en bons papas, 3ème avec 115,8L. (Les français, quand à eux, l'ont tellement petite que je n'ose même pas en parler (je parle de leur consommation bien sur...))

Le Japon est un peu à l'Asie ce que l'Allemagne est à l'Europe: un moteur économique qui brille par son code du travail rigoureux et discipliné, au regard des autres pays, et des extravagants qui s'inscrivent très bien dans cette société, totalement à coté de cette machine prise en modèle par les pays branleurs . Un punk pourra faire un travail de bureau en Allemagne et au Japon un emo ayant un designer de jeu video comme couturier pourra faire le même boulot. C'est peu être pas vrai mais le reste du monde le pense, voit que ça et ça devient vrai.

Ces deux complices partagent également une manière de décompresser après le boulot (ou de décompresser tout court). Il semble donc bien logique que les nippons aient trouvé intérêt à se la coller et à fêter l'oktoberfest. (Et au passage on remarque que j'ai réussi à éviter le point Godwin, ce qui était pas évident!)

La semaine dernière, donc, du lundi à dimanche, avait élu domicile à Hibiya parc, un magnifique chapiteau, une scène, trouze mille tables et
chaises et des échoppes qui distillaient bretzel, saucisses et Maß de bières allemandes et japonaises.


Là je pose un moment pour que vous digériez l'info...


Oui, il y a bien un type qui s'est dit comme ça: "hey les gars j'ai entendu parler d'une fête de ouf en octobre, c'est fin mai, faut absolument qu'on se la
fasse."
Genre je vous balance: "ça vous dit on va à Eurodisney ce week-end? Super! Rendez-vous Mont Saint-Michel" Y a pas que le chapelier
fou qui avait respiré de mercure et qui fêtait les non-anniversaire...

Bon en réalité je suppose que la raison est purement vénale et que comme il y a déjà une oktoberfest de prévu, en octobre, à Aoyama à coté de Tokyo, ils ont du se dire que plutôt diviser les bénefs par 2 en organisant deux fêtes en même temps il valait mieux les multiplier par 2 quitte à être totalement hors charte.
En fait, les Japonais ne connaissent pas l'oktoberfest, et ne savent pas d'où ça sort, donc balancer ne serait-ce que fête + biniouse, dans un quartier blindé de businessman, ça peut que marcher. La copine qui m'a dit ça, m'a dit qu'elle avait juste
tapé "bière fête tokyo mai" dans google et que ça a fait pop. (Elle a quand même tilté sur le oktober en mai hein)

Bref, photos:



Le plus important: la bière était bonne, quoique un peu cher: entre 1000 et 1500 yen la pinte et 3000 la masse (ce qui avec le taux actuel fait plus d'euros que d'habitude, mais je suis payé en yen donc c'est tant mieux pour moi et je vous merde :p)


ça c'était samedi, merci au temps de merde grâce auquel on a pu avoir de la place assise assez facilement.





Jeudi soir, un peu blindé mais animé, tout le monde s'est rué au parc après le boulot:



J'aime bien les files d'attente, on voit plein de gens rigolos











Les fucking blue boys ont fait un malheur (allez voir pour l'an dernier si ça vous tente)









gg mec plus que 7 et tu pourras demander ton visa permanent à l'ambassade d'Allemagne



Le mode pic-nique, très prisé des japonais (bon après quand il y a plus de chaises, y a plus de chaises hein)

5/15/2010

Onomatopée



Les onomatopées font partie du langage courant au Japon. En France on les utilise uniquement dans le langage parlé (ex: Et paf ça fait des chocapic!) ou quand on juge qu'on doit communiquer une information à des gamins ou bien sur dans les bandes dessinées. Au Japon, les onomatopées sont présentes pour décrire des sons dans un manga mais pas que, on les utilise aussi pour décrire des sentiments, des mouvements, des états physiques ou psychologiques, en y ajoutant des nuances comme une orientation de l'action positive ou négative. L'utilisation de l'onomatopée permet de ressentir (et comprendre) directement le propos énoncé, ce plus qu'un terme technique obscur...

J'aimais beaucoup dans les BD de Tarquin quand il utilisait directement les verbes liés à l'action en tant qu'onomatopée, le personnage creuse et on entend (lit) "creuse creuse", il backstab furieusement un adversaire et on entend (lit) "plant plant".

Le raisonnement est simplet et on se foutrait de ma gueule s'il me prenait de dire "je glagla" à la place de "j'ai froid", mais cette méthode d'expression imagée est super pratique pour décrire facilement tout un tas de truc.

Voilà une petite liste (que j'updaterai des qu'un mot inconnu me tombe sous les yeux ou dans les oreilles) des onomatopées "courantes" qui n'ont rien à voir avec les bruitages de film dont le budget réduit aurait entrainé un remerciement de l'ingénieur son.


びしょびしょ: bishobisho: trempé

ぞくぞく: zokuzoku: frisson

ちくちく: chikuchiku: douleur piquante

がたがた: gatagata: objet lourd frappé ou secoué

がんがん いたい: gangan itai: avoir mal violemment

ずきずき いたい: zukizuki itai: avoir mal profondément (super utile à l'hosto au passage)

Cett conversation est parfaitement normale au Japon:


La même en France:


ひりひり: hirihiri: irrité (la peau)

いらいらい する: iraira (suru): s'énerver (mouais, bien contenu l'énervement quand même)

ひそひそ: hisohiso: à mi-voix

にこにこ: nikoniko: souriant (le chat dans Alice, il est souriant nekoneko euh nikoniko haha...)

にやにや: niyaniya: rire (sournois, un peu comme notre hin hin hin)

にたにた: nitanita: rire (sournois)

げらげら: geragera: rire (gras), dans One piece la grenouille se marre en faisant gerogero et les géants buhahaha, mais bon on s'éloigne du sujet.

どきどき をする: dokidoki (wo suru): faire "boumboum" , genre avoir le coeur qui bat

だぶだぶ: dabudabu: large (pour un vêtement), c'est aussi le bruit que fait un bébé pendant plusieurs mois mais ça n'a aucun lien.

ちょこちょこ: chokochoko: quelqu'un qui bouge rapidement ou avec rapidement à petits pas

ざあざあ: zaazaa: grosse pluie

ばたばた: batabata: image de quelqu'un qui court de manière gauche ou bruyamment

ごろごろ: gorogoro: un objet lourd qui roule (et rien à voir avec le cratère)

そわそわ: sowasowa: inquiet, dans l'attente de quelque chose (ça respire bruyamment quoi)

うきうき: ukiuki: ça ça transpire le kawai, ça veut dire youpi dans mon dedans, je pourrais aller faire des câlins à des ours affamés.

びくびく: bikubiku: craintif (à noter bikuri tout court ça veut dire avoir peur/être surpris mais on imagine quand même que bikubiku pourrait correspondre approximativement au cri du pokemon apeuré)

かさかさ: kasakasa: peau sèche

つるつる: tsurutsu: là c'est tout lisse

ぴかぴか: pikapika: nan rien à voir avec les pokemon, c'est brillant/clignotant, écoutez vos yeux et vos paupières après avoir regardé un flash à moins de 10cm ou fixé une guirlande de Noël pendant 10 minutes, ils font le même bruit.

どろどろ: dorodoro: boueux/pateux

べたべた: betabeta: collant

とんとん: tonton: frappe légère (je tapote mes doigts sur la table)

どんどん: dondon: frappe lourde (je tape mes poings sur ta porte)

さらさら: sarasara: un truc qui glisse (main dans les cheveux, ski dans la neige...)

ざらざら: zarazara: le contraire, pas lisse, genre papier froissé

きらきら: kirakira: scintillement, genre étoiles, diamants, yeux brillants

ぎらぎら: giragira: la même lumière mais qui pique, genre soleil dans la gueule


Amusez vous à en trouvez d'autres à la française ou à la japonaise
 
... seems a single step may lead far from the single step